absolutisme

  Désigne un régime politique dont l'autorité s'exerce sans le contrôle d'instances intermédiaires (assemblée, conseils, parlements ou états). Il est dit "absolu" parce qu'aucune autorité ne peut lui être supérieure, sinon celle de Dieu. Il ne s'ensuit pas cependant que le monarque soit un despote. En effet, s'il est au-dessus de la loi, le roi n'est pas au-dessus du droit : "Le roi peut ce qu'il veut, mais il ne doit pas vouloir tout ce qu'il peut". Il doit par exemple respecter les lois fondamentales du royaume, les coutumes ainsi que les droits et privilèges que possèdent l'Église et la noblesse.
Le modèle de l'absolutisme, et le plus précoce, est celui de la France qui se met en place à la Renaissance (règne de François Ier). Il atteint sa forme achevée au siècle suivant sous le long règne de Louis XIV (1660-1715) alors que les intérêts de l'État se confondent avec ceux du roi (le fameux "l'État, c'est moi").
Contesté au XVIIIe siècle (notamment par la pensée des Lumières), l'absolutisme sera balayé par la Révolution française. Il sera dès lors, le régime politique de l'Ancien régime.

Source: Louise Forget, enseignante en histoire, cégep Ahuntsic.
Absolutisme. (s. d.). Dans le glossaire de l'Atelier d'histoire. Repéré à https://sites.google.com/site/latelierdhistoire/le-glossaire.
La liste des références est ici  

» abécédaire sciences humaines et sociales