abécédaire sciences humaines et sociales


L'abécédaire du CASS présente plus d'une centaine de définitions de concepts en sciences sociales et humaines.

La liste des références est ici  

Consultez le glossaire à l'aide de cet index

Spécial | A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z | Tout

Page: (Précédent)   1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  (Suivant)
  Tout

L

légalité

  Reconnaissance d’un ensemble de comportements des individus, organisations ou institutions qui agissent conformément aux lois.

Source: (Denis et al., 1991 : 348), suggérée par Benoit Gaulin, enseignant en sociologie, cégep Ahuntsic.
La liste des références est ici  

législateur

  Du latin lex, loi et lator, qui propose. Au sein des cités-États de la Grèce antique, le législateur est celui qui propose un code de lois écrites pour résoudre les conflits entre le demos et les aristoï (voir de mot). Il est ainsi le fondateur de l'État de droit. (Voir droits de cité).

Source: Louise Forget, enseignante en histoire, cégep Ahuntsic.
Législateur. (s. d.). Dans le glossaire de l'Atelier d'histoire. Repéré à https://sites.google.com/site/latelierdhistoire/le-glossaire.
La liste des références est ici   .

légistes

  Du latin lex, loi. Au Moyen Âge, les légistes sont des spécialistes du droit formés au sein des universités. Ils cherchent à faire carrière dans l'entourage des princes (les papes, les empereurs et les rois). La redécouverte du droit romain au XIIe siècle fera renaître la notion de république et d'empire. Les légistes s'emploieront à établir les fondements juridiques de la monarchie médiévale.

Source: Louise Forget, enseignante en histoire, cégep Ahuntsic.
Légistes. (s. d.). Dans le glossaire de l'Atelier d'histoire. Repéré à https://sites.google.com/site/latelierdhistoire/le-glossaire.
La liste des références est ici   .

légitimité

  Reconnaissance d’un ensemble de comportements en fonction de valeurs ou de traditions qu’ils représentent, ou de l’appui qu’ils obtiennent de la majorité de la population.
Source: (Denis et al., 1991 : 348), suggérée par Benoit Gaulin, enseignant en sociologie, cégep Ahuntsic.
La liste des références est ici  

  La légitimité renvoie à ce qui est fondé en droit ou en justice. Elle émane du (relatif) consentement des gouvernés, et donc, s'appuie sur un large consensus fruit des traditions et des habitudes héritées du passé.
Source: Louise Forget, enseignante en histoire, cégep Ahuntsic.
Légitimité. (s. d.). Dans le glossaire de l'Atelier d'histoire. Repéré à https://sites.google.com/site/latelierdhistoire/le-glossaire.
La liste des références est ici   .

les Lumières

  Les Lumières est le nom que l'on donne au XVIIIe siècle français, dit aussi siècle des Philosophes. Héritiers des humanistes, et fils de la révolution scientifique, ces derniers ont pour projet de faire triompher la Raison, seul rempart contre l'obscurantisme, l'ignorance et la superstition. Grâce à cette pensée "éclairée", l'humanité pourra s'engager dans une ère de progrès qui pourra réaliser le bonheur des hommes. Le mouvement des Lumières inspire la Révolution américaine (1776) et annonce la Révolution française (1789).

Source: Louise Forget, enseignante en histoire, cégep Ahuntsic.
Les Lumières. (s. d.). Dans le glossaire de l'Atelier d'histoire. Repéré à https://sites.google.com/site/latelierdhistoire/le-glossaire.
La liste des références est ici   .

lettre de change

  Ancêtre du chèque, la lettre de change apparaît et se généralise au XIIIe siècle avec le développement de l'activité marchande des républiques et cités-États italiennes. La lettre de change permet d'effectuer un paiement pour une transaction commerciale dans une autre monnaie que celle de l'acheteur. Son apparition est à mettre en rapport avec le développement des mécanismes bancaires. Le taux de change dissimule fréquemment un intérêt sur les prêts consentis par les banquiers mais que l'Église réprouve comme une pratique usuraire. (Voir usure).

Source: Louise Forget, enseignante en histoire, cégep Ahuntsic.
Lettre de change. (s. d.). Dans le glossaire de l'Atelier d'histoire. Repéré à https://sites.google.com/site/latelierdhistoire/le-glossaire.
La liste des références est ici   .

libéralisme

  De liber, libre. Philosophie politique fondée sur le primat de l'individu reconnu comme une personne ayant des droits fondamentaux comme la liberté de conscience et d'expression. Au plan juridique, il postule l'égalité devant la loi ainsi que l'habeas corpus; au plan politique, la liberté d'association, de presse et des institutions représentatives; au plan économique, la liberté d'entreprendre et le respect de la propriété privée; et au plan commercial, le libre-échange.

Source: Louise Forget, enseignante en histoire, cégep Ahuntsic.
Libéralisme. (s. d.). Dans le glossaire de l'Atelier d'histoire. Repéré à https://sites.google.com/site/latelierdhistoire/le-glossaire.
La liste des références est ici   .

libre arbitre

  Selon les humanistes l'homme jouit, de par sa nature, de la liberté de choisir, c'est-à-dire qu'il dispose librement de sa volonté pour orienter son destin et assurer son salut. Ce principe s'oppose au déterminisme et à la prédestination (voir ce mot).

Source: Louise Forget, enseignante en histoire, cégep Ahuntsic.
Libre arbitre. (s. d.). Dans le glossaire de l'Atelier d'histoire. Repéré à https://sites.google.com/site/latelierdhistoire/le-glossaire.
La liste des références est ici   .

M

marginalité

  État dans lequel se trouvent des individus, groupés ou non, qui fonctionnent en dehors des normes ou des valeurs reconnues par un groupe ou une société.(...) La marginalité recoupe une réalité liée à un phénomène d’exclusion sociale et de stigmatisation pour les personnes qui sont dans l’impossibilité de correspondre à la conformité telle qu’elle est définie. C’est la société qui détermine quels individus seront victimes d’exclusion et de stigmatisation en fonction de certains critères, comme le rapport avec le travail, le mode de vie ou la non-participation à la vie sociale.

Source: (Denis et al., 1991 : 202/210), suggérée par Benoit Gaulin, enseignant en sociologie, cégep Ahuntsic.
La liste des références est ici  

martyr

  Du grec martur, témoin. Le martyr est celui qui témoigne de sa foi dans le christ en subissant le martyre, c'est-à-dire en souffrant et mourant comme Jésus lors de sa Passion. Le martyre devient un idéal pour certains croyants qui aspirent à la vie éternelle. Les martyrs font l'objet d'une grande dévotion au sein de l'Église chrétienne primitive comme l'attestent le culte des reliques et la pratique du pèlerinage.

Source: Louise Forget, enseignante en histoire, cégep Ahuntsic.
Martyr. (s. d.). Dans le glossaire de l'Atelier d'histoire. Repéré à https://sites.google.com/site/latelierdhistoire/le-glossaire.
La liste des références est ici   .


Page: (Précédent)   1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  (Suivant)
  Tout